Petit à petit, les frontières rouvrent

L’Indonésie reste encore fermée, mais a prévu d’annoncer une ouverture prochaine de l’île de Bali.

Au cours de ces dernières semaines, un grand nombre d’Etats a rouvert ses frontières de manière plus ou moins nette.

Pour un citoyen issu de l’espace Schengen, il est possible d’aller dans tous les pays d’Europe (même si cela est un peu plus compliqué pour la Biélorussie où il faut passer par la Russie).

L’ensemble du continent américain est ouvert ou s’apprête à rouvrir, de même que la quasi-totalité des pays africains ou du Moyen-Orient.

L’Asie et l’Océanie sont encore largement fermés, même si des Etats comme le Kirghizistan, le Népal ou la Thaïlande ont annoncé des dates de réouverture.

Plusieurs sites très bien faits permettent de suivre l’évolution et les conditions de la réouverture des frontières:

Le site de Kayak.fr: https://www.kayak.fr/restrictions-de-voyage

Celui du tourmondiste: https://www.tourdumondiste.com/coronavirus-dans-quels-pays-peut-on-voyager

Celui officiel (le seul qui compte vraiment mais qui n’est pas toujours actualisé en temps réel contrairement aux deux premiers): https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/

A noter aussi que parallèlement à l’ouverture des frontières, il existe encore deux obstacles majeurs:

  • le maintien de tests PCR pour entrer dans les pays (ou sur des compagnies aériennes) qui rend les déplacements très coûteux (ils sont devenus payants presque partout, parfois très chers -pour quelle raison?- et il faut les faire à minima pour l’aller et le retour).
  • certains pays imposent de télécharger une application locale pour suivre les individus (dans plusieurs pays de lourdes amendes -plusieurs dizaines de milliers d’euros- sont prévus pour les personnes incapables de présenter leur portable avec l’application lors d’une contrôle.

Avec le passeport, le Royaume-Uni durcit ses règles d’entrée

Sur la façade d’une librairie à Londres (mars 2019)

A partir du 1er octobre prochain, tout citoyen européen devra être titulaire d’un passeport pour entrer au Royaume-Uni. Il s’agit d’une conséquence du retrait du pays de l’Union européenne.

En Europe, il est très rare de devoir présenter un passeport pour franchir les frontières d’un Etat lorsque l’on est un citoyen issu de l’espace Schengen: seuls le Kosovo, la Biélorussie et l’Ukraine en exigent un.

Dans le même temps, il ne sera plus nécessaire d’observer une quarantaine ou de présenter un test PCR négatif si l’on est vacciné.

6 août 1950: Le jour où des centaines d’étudiants ont pris d’assaut un poste-frontière entre la France et l’Allemagne

Cinq ans jours pour jour après le bombardement atomique sur Hiroshima, des étudiants allemands et français prirent d’assaut un poste-frontière (ci-dessus) entre Wissembourg (France) et St Germanshof (Reépublique fédérale allemande). Cet épisode est aujourd’hui matérialisé par d’anciens éléments du mobilier de la douane.
Affichage en allemand/français/anglais de la prise d’assaut du poste-frontière. Il reprend les revendications des manifestants: un droit civique européen, un Parlement européen, un gouvernement européen. Le mouvement militait pour l’ouverture des frontières dans le contexte des tensions de la Guerre froide (photos: 31 août 2021).

A Schengen (Luxembourg), le musée qui célèbre l’ouverture des frontières internes de l’Union européenne

Entrée du musée européen à Schengen. La ville luxembourgeoise a été choisie en 1985 pour la signature de l’accord qui prévoit la libre circulation des personnes, des biens et des marchandises à l’intérieur des frontières de l’Union européenne, du moins pour les Etats qui font partie de l’espace dit Schengen. Elle est située à la frontière avec l’Allemagne (de l’autre côté de la Moselle sur la photo) et de la France à environ 1km.

Devant le musée se trouve des colonnes et des drapeaux représentant la diversité des Etats membres de l’Union européenne. A l’intérieur, une grande salle rappelle que la fin des contrôles dans l’espace Schengen a été une avancée pour les libertés individuelles et collectives des Européens et montre les missions menées au frontières externes (notamment celle de Frontex, organe souvent décrié). La présentation n’aborde pas les débats sur la difficulté à surveiller les très longues frontières externes de l’espace européen et les questions migratoires, dont les enjeux à venir ne vont cesser de croître du fait de l’accroissement des inégalités et des différences démographiques (photos: 30 août 2021)

Exposition sur les frontières

Une exposition sur les frontières a lieu au château de la Roche-Guyon (Val d’Oise) du 15 mai au 28 novembre 2021.

Pour plus d’informations, voir le lien suivant: https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Ile-de-France/Focus/Frontieres-entre-Histoires-et-Geographies-au-Chateau-de-La-Roche-Guyon

Voir également la présentation sur le site de Géoconfluences: http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/evenements/expo-frontieres-2021

Entretien sur RFI dans l’émission Le livre international pour la sortie d’une Géopolitique de la Slovénie

L’émission Le livre international diffusée sur RFI (Radio France Internationale) consacre sa dernière émission à la sortie du livre Une géopolitique de la Slovénie (aux éditions de la Route de la Soie).

Voici le lien de l’émission: https://www.rfi.fr/fr/podcasts/livre-international/20210806-une-g%C3%A9opolitique-de-la-slov%C3%A9nie-de-laurent-hassid

Le triangle frontalier entre l’Italie, l’Autriche et la Slovénie

Le triangle frontalier entre la Slovénie (Kranjska Gora en Slovénie/Tarvisio en Italie et Villach en Autriche) et un carrefour de communication majeur du sud des Alpes. La chaîne des Karavanke entre l’Autriche et la Slovénie forme un obstacle physique majeur, alors que la ville italienne de Tarvisio est mieux desservie.

A Ratece (Slovénie) à la frontière avec l’Italie. Si les frontières ne se voient pas dans le paysage, elles peuvent parfois se deviner. Ces grandes structures en bois (le kozolec) servent à stocker le foin et sont
caractéristiques des paysages slovènes. Au-delà, se trouve un petit chemin qui est déjà en territoire italien.

A l’extrémité nord-est de l’Italie, se trouve la ville de Tarvisio à quelques kilomètres de la Slovénie et de l’Autriche. La commune a fait partie de l’Empire austro-hongrois (la frontière avec l’Italie passait alors à Pontebba à une vingtaine de kilomètres à l’ouest) et a intégré l’Italie à partir de 1918. L’architecture de la ville est largement inspirée de l’Autriche et l’allemand cohabite avec l’italien. Au fond la chaîne de montagnes des Karavanke.
Le bar Dreilandereck (le tripoint) au poste-frontière de Coccau entre l’Italie et l’Autriche (du côté italien mais écrit en allemand).
Les bornes frontalières italienne et autrichienne au poste-frontière de Coccau entre Tarvisio (Italie) et Arnoldstein (Autriche).
Le poste-frontière italien est en voie de requalification dans le cadre d’un projet Interreg (projets transfrontaliers financés par l’Union européenne), notamment pour redonner une seconde vie à ces anciennes structures de contrôle, souvent laissés à l’abandon à l’intérieur de l’espace Schengen.
Au poste-frontière de Coccau, une ligne rouge matérialise la frontière: à gauche l’Autriche, à droite, l’Italie. Preuve de l’importance de ce triangle frontalier dans la région: la présence du drapeau slovène à gauche.

Voir également ce poste précédent sur le tripoint vu des montagnes: https://beyondborderlines.wordpress.com/2020/08/04/entre-italie-autriche-et-slovenie-l-unique-montagne-qui-unit-leurope-latine-germanique-et-slave/

Sur la place principale d’Arnolstein (Autriche), ce monument fait en roches issues des montagnes rappelle la présence des trois Etats.

A Bildein (Autriche), le Rideau de fer n’est plus qu’au musée

Bildein est une ville autrichienne isolée par le territoire hongrois, qui l’entoure au nord et au sud. En 1918, lors de l’avènement de la nouvelle république autrichienne, le tracé de la frontière a pris en considération les terrains des paysans locaux afin qu’ils ne perdent pas leur principal moyen de subsistance.

Un musée historique du Burgenland y est établi et montre l’évolution politique de la commune depuis 1918, notamment son isolement pendant la Guerre froide.

Voici le lien du musée (en allemand): burgenländisches geschte(n)haus | burgenländischen geschichte(n)haus (geschichtenhaus.at)

Il faut téléphoner avant de venir car le musée ouvre à la demande. Adella Glocknitzer, une femme énergique venue de Roumanie il y a une vingtaine d’années se charge alors de l’ouvrir et de répondre à toutes les questions.

Reconstitution d’une scène de surveillance le long du Rideau de fer à l’entrée de Bildein (Autriche) au Grenzerfahrungsweg.

Foot et géographie en Slovénie: “combat pour un match à Maribor” (juillet 2014)

Le 22 juillet 2014, le club de football de Maribor reçoit l’équipe bosnienne du Zrinjski Mostar en match retour d’un tour préliminaire de Ligue des champions. Les deux équipes restent sur un match nul à l’aller (0-0).

Deux jours avant, j’essaie d’obtenir un billet pour aller voir le match. Impossible car le club de Maribor interdit la vente de billets aux étrangers pour ce match.

La suite sur ce podcast de 30 mn réalisé par le site C’est encore loin?: #14 – Combat pour un match de foot – Laurent Hassid – C’est encore loin ? (cestencoreloin-podcast.com)

Merci à François Fournier et Gabrielle Desprez pour leur écoute.

En Hongrie, le long de l’ancien Rideau de fer

Le pique-nique de Sopron (19 août 1989) à la frontière hungaro-autrichienne où beaucoup d’Allemands de l’Est franchirent la frontière dans ce qui fut la première brèche dans le Rideau de fer.
Gojak Sandor, un ancien garde-frontière hongrois pendant 27 ans (notamment lors de la période communiste) a collecté dans son jardin le mobilier utilisé pour surveiller la frontière (mines, barbelés, détecteurs divers..) et l’a stocké pour ouvrir un musée. Il se trouve à Felsocsatar (Hongrie).
Le mobilier du Rideau de fer entre la Hongrie et l’Autriche dans le musée.
Depuis 1990, de nombreux postes-frontières ont été ouverts pour fluidifier les échanges entre la Hongrie et l’Autriche. Ici l’entrée en Autriche dans le village de Grossdorf.