Melilla

Image

Melilla

Melilla est l’une des deux enclaves espagnoles contestées par le Maroc (l’autre étant Ceuta plus au nord). Son éloignement de l’Espagne (8 heures de bateau pour rejoindre Almeria), sa proximité avec l’Algérie (de nombreux clandestins franchissent la frontière fermée avec le Maroc) et le trafic de drogue (le Rif marocain est notoirement connu pour la culture clandestine du cannabis et son exportation vers l’Europe) en font un territoire très exposé aux trafics illégaux.
Comme à Ceuta, l’enclave a conservé sa forteresse, témoin des tentatives d’invasions marocaines (notamment au XVIIIème siècle).

Voir également l’article publié cette semaine dans Le Monde:

http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/09/26/l-enclave-espagnole-vit-en-etat-de-siege-permanent_3484890_3214.html

Melilla is one of two Spanish enclaves disputed by Morocco (the other being Ceuta further north). Its distance from Spain (8 hours by boat to reach Almeria), its proximity to Algeria (many illegal crossing the border closed with Morocco) and drug trafficking (the Rif is notorious for the illegal cultivation of cannabis and its export to Europe) make it very vulnerable.
As in Ceuta, the enclave has maintained its fortress, a testimony from the past Moroccan invasions (especially in the eighteenth century).

Conférences à Pontoise sur les frontières, automne 2013

Image

Conférences à Pontoise, automne 2013

Annonce des conférences sur le site de l’UIA de Pontoise: http://www.uiapontoise.com/les-frontieres.php

Sur la photo: le mur entre Israël et la Cisjordanie à Bethléem.

GEOPOLITIQUE

LES FRONTIERES
Laurent HASSID
Docteur en géographie
Enseignant à Paris XIII

Ce cycle comporte trois conférences :

1/ – Les frontières : le terme « frontières » est très courant dans notre langue quotidienne, mais comment peut-on le définir d’un point de vue géographique ?

Au moment où la mondialisation tend à uniformiser les territoires, la conférence mettra en évidence la complexité de la définition en s’appuyant sur des exemples précis.

2/ – Les murs- frontières : depuis la chute du mur de Berlin en 1989 et avec l’émergence de la mondialisation, l’idée d’un monde sans frontière s’est répandue dans les opinions publiques occidentales. Or on assiste à une prolifération de constructions de murs ou de barrières entre les Etats (Israël/Cisjordanie, Etats-Unis/Mexique), phénomène qui ne cesse de s’amplifier

3/ – Les limites de l’Union Européenne : de six Etats à sa création en 1957 à vingt-sept actuellement, l’Union Européenne ne cesse de s’agrandir. Le traité de Rome prévoit que tout Etat européen peut-être candidat pour adhérer à l’UE.

La conférence présentera les limites géographiques et historiques du continent européen, ces limites étant souvent utilisées par les politiques pour justifier ou rejeter une candidature à l’UE (cf. cas de la Turquie).

Lieu : Maison des Associations, 7 Place du Petit Martroy, Pontoise

Date: le mardi de 14h30 à 16h00 :

Les 1er et 15 octobre, et le 3 décembre 2013

Abonnement : 24 euros ou 10 euros à la séance

Rappel : La salle ne contenant que 90 personnes, les abonnés sont prioritaires. Nous ne pourrons accepter les personnes à la séance qu’en fonction des places disponibles.

Berlin (1961-1989), un cimetière pour frontière/a cemetery as a border

Image

Berlin (1961-1989), un cimetière pour frontière/a cemetery as a border

De 1961 à 1989, le cimetière Sophie, à proximité de la Bernauer Strasse, a été un lieu de tension pour le tracé du mur de Berlin. Les autorités est-allemandes ont déplacé des sépultures et restreint l’accès au cimetière. De nombreux Allemands de l’Ouest n’ont pu se recueillir sur les tombes de leurs proches pendant des années. Cette photo a été prise à proximité du cimetière qui est devenu un des nombreux lieux de mémoire de la ville de Berlin.

From 1961 to 1989, the Sophien parish cemetery located near Bernauer Strasse was a place of tension in the Berlin Wall. The East German authorities moved graves and restricted access to the cemetery. Many West Germans were not able to visit the graves of their relatives for years.
This picture was taken near the cemetery, which became one of the numerous testimonies of that period in Berlin.

Gibraltar : retour sur les tensions de cet été entre Madrid et Londres /Back on the crisis of this summer between Madrid and London

Image

<img src="https://beyondborderlines.files.wordpress.com/2013/09/dsc00577.jpg&quot; class="size-full" alt="

Gibraltar : Retour sur les tensions de cet été entre Madrid et Londres/Back on the tensions of this summer between Madrid and London.

Sur la photo (https://beyondborderlines.files.wordpress.com/2013/09/dsc00577.jpg&quot), parking et files d’attente avant l’entrée à Gibraltar/ On the picture (https://beyondborderlines.files.wordpress.com/2013/09/dsc00577.jpg&quot), parking and queues before entering Gibraltar.

Au début de l’été, les autorités de Gibraltar ont installé au large un récif artificiel avec l’idée d’attirer les poissons. Les pêcheurs espagnols se plaignent de ne plus pouvoir approcher les eaux de Gibraltar à cause du récif.
Il n’en a pas fallu davantage pour que les relations entre l’Espagne et le Royaume-Uni s’enveniment.
Les autorités espagnoles, non averties de l’installation du récif, ont alors menacé d’instituer un droit de péage de 50 euros pour le franchissement de la frontière (ce qui poserait de grands problèmes, vu le nombre élevé d’Espagnols qui travaillent à Gibraltar).
Après des joutes verbales de part et d’autre, aucun accord n’a depuis été trouvé.

In early summer, the Gibraltar authorities have set off an artificial reef with the idea of attracting fish. Spanish fishermen complain of not being able to approach the waters of Gibraltar because of the reef. This was enough to make worse relations between Spain and the UK. The Spanish authorities, who were not previously informed about the reef, then threatened to establish a toll of 50 euros for crossing the border (which would be highly problematic considering the number of Spaniards who work in Gibraltar). After verbal jousting on both sides, no agreement has been found.

Pour un rappel des faits, voir le reportage diffusé sur Arte le 15 août 2013, Gibraltar, le rocher de la discorde :
http://videos.arte.tv/fr/videos/gibraltar-le-rocher-de-la-discorde–7623124.html
Article du Figaro de Matthieu DE TAILLAC du 5 août 2013, Nouvelles crispations à Gibraltar :
http://www.lefigaro.fr/international/2013/08/05/01003-20130805ARTFIG00245-nouvelles-crispations-a-gibraltar.php
Article du Figaro d’Anne-Laure FREMONT du 12 août 2013, Gibraltar, le rocher de la discorde :
http://www.lefigaro.fr/international/2013/08/12/01003-20130812ARTFIG00456-gibraltar-le-rocher-de-la-discorde.php
Article du Los Angeles Times de Carol WILLIAMS du 5 août 2013, Spain, Britain locked in a new war of words over Gibraltar:
http://articles.latimes.com/2013/aug/05/world/la-fg-wn-gibraltar-spain-britain-dispute-20130805
Article du Los Angeles Times de Janet STOBART du 13 août 2013, Britain threatens legal action over Gibraltar :
http://www.latimes.com/news/world/worldnow/la-fg-wn-britain-legal-action-gibraltar-20130812,0,5451921.story

Gibraltar: when monkeys become an issue!

Image

Le territoire de Gibraltar est connu pour son rocher et…… pour ses singes. Si ces derniers font souvent partie du paysage pour les touristes, ils représentent parfois une menace pour les habitants. Vols à l’arraché (en particulier des sacs contenant de la nourriture), morsures, les singes défraient la chronique. Leur contrôle est d’autant plus difficile qu’ils vivent en majorité sur le rocher, où la pente est prononcée.

Gibraltar is known for his rock and …… for its monkeys. If these are often part of the landscape for tourists, they may pose a threat to residents. Robberies (especially bags containing food), bites, monkeys in the news. Their control is more difficult they live mostly on the rock, where the slope is pronounced.