Anne NIVAT, la République juive de Staline, 2013, Fayard

The last work of Anne Nivat focuses on the Republic of Birobidjian, a territory founded by Stalin for the Jews of the Soviet Union. This story comprised of 366 pages took 5 years of research and takes place in Israel, China and Birobidjian itself, now a part of Russia.

As usual with Anne Nivat, she goes to meet with members of the communities and participates in dialogue regarding the extent to which Birobidjian was an  “alibi-territory” given to the Jews.  The issue of borders is an on-going theme.

As soon as she arrived in Israel she was not successful in getting her passport stamped therefore hindering her travels to other Arabic countries.She also notes that penetrable borders from states at war did not look at her stamps but this time it occurs in a democratic country (pp. 26-27).

Once in China she describes the city of Tongjiang and its dubious activities at the border with Russia (pp. 193-195).  This border is targeted for developement as shown by the construction of a railway bridge on the Amour River expected to be completed in 2014 (pp.275-276).

 

 

Anne NIVAT, la République juive de Staline, 2013, Fayard

Le dernier ouvrage de la journaliste Anne Nivat s’intéresse à la République de Birobidjan, territoire créé par Staline pour les Juifs en URSS. Ce grand reportage de 366 pages et mené pendant cinq années se déroule en Israël (1re partie), en Chine (2ème partie) et dans le Birobidjan, aujourd’hui en Russie (3ème partie). Comme à son habitude, Anne Nivat part à la rencontre de nombreux interlocuteurs et cherche à comprendre dans quelle mesure le Birobidjan était un « territoire-alibi » donné aux Juifs. Et comme à son habitude, Anne Nivat évoque beaucoup les frontières : dès son arrivée en Israël, elle parvient à ne pas voir son passeport tamponner pour pouvoir continuer à voyager dans les Etats arabes. Elle note avec amusement, que d’habitude, les frontières poreuses des Etats en guerre lui évitent des tampons, cette fois-ci, il s’agit d’un Etat démocratique (pp.26-27). Une fois en Chine, elle décrit la ville chinoise de Tongjiang, à la frontière avec la Russie et à ses activités douteuses (pp.193-195). La frontière entre les deux pays est également un enjeu de développement, comme en témoigne la construction d’un pont ferroviaire sur l’Amour prévu en 2014 (pp.275-276).

 

Advertisements

Kosovo/Serbia

Image

Kosovo/Serbia

Pont de Mitrovica sur l’Ibar, Kosovo. Située à une heure de Pristina, la capitale du pays, la ville est divisée en deux entités ethniques. Au nord de la rivière Ibar, les Serbes sont majoritaires, au sud, ce sont les Albanais. Le 19 avril dernier, les gouvernements serbe et kosovar sont parvenus à un accord (tous les points ne sont pas connus à ce jour) reconnaissant la prédominance de la législation kosovare sur le territoire. Si les Serbes du Kosovo, principalement établis dans le nord, sont hostiles à toute reconnaissance de l’indépendance de la province, ce rapprochement pourrait marquer une première étape dans une future reconnaissance mutuelle et permettre à la Serbie d’entamer ses négociations d’adhésion vers l’Union européenne.

Bridge over the River Ibar in Mitrovica, Kosovo. The city of Mitrovica is located an hour’s drive from the capital of Pristina. The city is divided by Ibar river into a southern side, populated primarily by ethnic Albanians, and a northern side, populated largely by ethic Serbs. On Friday, April 19, authorities from Serbia and Kosovo drew up and agreement that moves towards the potential legal recognition of Kosovo by Serbia. While most of northern Kosovo’s Serb population does not recognize Kosovo’s independence, the agreement is an important first step in the potential mutual recognition between Serbia and Kosovo, and promises to open up the possibility of EU accession to Serbia.

A propos de l’accord/ About the agreement:

see in the Washington Post from April 19th:

http://articles.washingtonpost.com/2013-04-19/world/38663688_1_tentative-agreement-kosovo-serb-kosovo-government

A voir également/See also:

Sur les frontières du Kosovo, Michel ROUX, Controverses autour des frontières du Kosovo, Balkanologie vol VII, n°2, 2003: http://balkanologie.revues.org/index504.html

Sur le statut du Kosovo, l’article de Jean-Arnault DERENS, historien et rédacteur en chef du Courrier des Balkans: l’illusion de la Souveraineté dans Le Monde diplomatique de septembre 2012.

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2012-09-17-Kosovo

Sur les enclaves serbes/ About Serbian enclaves:

http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=1021 (In French)

http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=1022

A propos des Murs-frontières :

 

Quelques liens sur le sujet:

–        la tribune de Wendy BROWN, professeur de sciences politiques à l’université de Berkeley, dans le Libération du 9 novembre 2009 :

http://www.liberation.fr/terre/0101601870-vingt-ans-plus-tard-les-murs-frontieres-proliferent

Wendy BROWN a publié à l’automne 2009, MURS. Les murs de séparation et le déclin de la souveraineté étatique chez l’éditeur les Prairies ordinaires.

–        En 2012, Claude QUETEL, historien, directeur de recherche honoraire au CNRS, publie MURS aux éditions Perrin. Un ouvrage généraliste sur l’histoire et les aspects morphologiques des différents murs.

 

–        La revue québécoise Etudes internationales a édité au printemps 2012 un numéro spécial sur le sujet (volume 43, n°1, pp.5-25) le retour des murs dans les relations internationales :

http://id.erudit.org/revue/ei/2012/v43/n1/1009137ar.html?vue=resume&mode=restriction (accès payant).

–        En septembre 2012, la revue HERMES n°63 (aux éditions CNRS) a également fait honneur au sujet avec un dossier Murs et frontières,qui s’interroge sur les conséquences spatiales à plusieurs échelles de la prolifération des murs et aborde de nombreuses études de cas :

http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1648

Corée/Korea: la gare de Dorasan à proximité de la DMZ/ Dorasan station close to the DMZ

Image

Corée/Korea: la gare de Dorasan à proximité de la DMZ/ Dorasan station close to the DMZ

La gare de Dorasan a été inaugurée en 2003 par les présidents sud-coréen et américain, Kim Dae-Jung et George W. Bush. Elle permet de relier les réseaux ferroviaires des deux Corées. Sur la photo, la voie d’accès pour Pyongyang/ South Korean President, Kim Dae-Jung and American President George W. Bush inaugurated Dorasan station in 2003. It enables to link both Korean railways, waiting for the day of reunification. The pictures shows the track access for Pyongyang.

Corée/Korea: Pannmumjom depuis le Sud/from the South

Image

Corée/Korea: Pannmumjom depuis le Sud/from the South

Les baraquements des Nations-Unies à Pannumjom sont divisés entre les deux Corées. La frontière est visible au sol. Deux soldats sud-coréens font face à un soldat du Nord qui observe la scène avec ses jumelles (juillet 2011)./ In Pannmumjom, both Koreas are divided by the United Nations houses. The border can be seen on the ground. Two South Koreans soldiers face one from the North who is observing the scene with binoculars (July 2011).

Corée/Korea, quelques liens/some links

Actualité oblige, plusieurs quotidiens ont réalisé des reportages à proximité de la zone démilitarisée coréenne.

Un article de l’AFP, publié dans le Libération du 10 avril:

http://www.liberation.fr/monde/2013/04/10/sur-la-frontiere-coreenne-le-tourisme-de-la-guerre-ne-connait-pas-la-crise_895139

In the New York Times, an article from Martin FACKLER describing the situation in Munsan, a city which is only ten kilometres south of  the DMZ:

http://www.nytimes.com/2013/04/06/world/asia/south-koreans-at-norths-edge-cope-with-threat-of-war.html?ref=northkorea&_r=0&pagewanted=print

In the Los Angeles Times, see also http://articles.latimes.com/2013/apr/05/world/la-fg-south-korea-blase-20130406 from Barbara DEMICK and Jung-Yoon CHOI. Barbara DEMICK is famous for her book “Nothing to envy: Real Lives in North Korea” (2010). She won the BBC Samuel Johnson Prize, one of the most important reward for journalists. One of the best book about North Korea.

Sur la description de l’atmosphère à la frontière, cf également l’article du géographe Philippe Pelletier (Université Lyon II) dans Manière de voir n°128 (pp.62-65), Le Monde diplomatique, avril-mai 2013:

http://www.exacteditions.com/read/maniere-de-voir/128-faut-il-abolir-les-fronti%C3%A8res–35004/3/3 (sommaire seulement).