A propos des frontières

Image

IMGP8422

La bibliographie sur les frontières est très vaste. Ci-dessous, quelques ouvrages qui permettent d’aborder la question de manière générale.

L’ouvrage de Michel FOUCHER, Fronts et frontières est déjà un peu ancien (il a été actualisé après la chute du communisme en Europe).

Lire le compte-rendu de Georges LABRECQUE (géographe québécois, spécialiste des frontières maritimes)
http://www.erudit.org/revue/cgq/1993/v37/n100/022337ar.pdf

Lire le compte-rendu de Daniel NORDMAN (historien, directeur de recherches émérite au CNRS) :
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1989_num_44_6_283660_t1_1370_0000_002

Plus accessible et toujours de FOUCHER, l’obsession des frontières paru en 2007 permet de se faire plus rapidement une idée sur la question. L’ouvrage a été réédité en édition de poche.

A propos des frontières maritimes, l’Atlas géopolitique des espaces maritimes de Didier ORTOLLAND et de Jean-Pierre PIRAT paru en 2008 est un travail de référence avec une description très précise et une cartographie réussie de tous les litiges frontaliers sur les mers et océans.

Moins géographique, mais non moins intéressant: le récit de Paolo RUMIZ (écrivain italien né à Trieste) de son parcours aux frontières orientales de l’Europe (Aux frontières de l’Europe, aux éditions Folio).

Cf également un post précédent sur la bibliographie des Murs :
https://beyondborderlines.wordpress.com/2013/04/20/a-propos-des-murs-frontieres/

Ile Maurice/Mauritius

Ile Maurice/Mauritius

Le quotidien Libération a publié le 14 mai dernier une tribune de Jean-Marie Le Clézio, prix Nobel de Littérature en 2008. Le Clézio qui possède les deux nationalités, française et mauricienne, s’insurge contre la décision de la Cour européenne des droits de l’Homme de ne pas recevoir la plainte des habitants de l’archipel de Chagos contre le gouvernement britannique. En 1965, en plein processus d’indépendance de Maurice, le Royaume-Uni conserva cet archipel pour le louer aux Etats-Unis. Ces derniers, dans le contexte de la Guerre Froide, voulaient la transformer en base militaire, à condition que les îles soient vidées de leurs populations. La plupart des habitants refluèrent vers Maurice (qui n’est pourtant qu’une île de 2000 km2)/ On May 14, the French daily newspaper, Libération , published an article by Jean-Marie Le Clézio, winner of the Nobel Prize of Literature in 2008. Le Clezio, who has dual citizenship (French and Mauritian) criticizes the decision of the European Court for the Human Rights for not opening a complaint made by the inhabitants of the Chagos islands against the British government. In 1965, when Mauritius was on its way to independence, the United Kingdom kept the territories of the Chagos to rent them to the United States. In the context of the Cold War, the Americans planned to use these islands as a military base, as long as the inhabitants would go along with this decision. Most of them fled to Mauritius, which is only a tiny island of 2000 square kilometers.

La tribune de Le Clézio:
http://www.liberation.fr/monde/2013/05/14/les-ilois-des-chagos-contre-le-royaume-uni-suite-et-fin_902862

D’autres liens vers la question des Chagos:

– l’article du Monde diplomatique de Hakim Malaisé en décembre 2001, Exil forcé loin de Diego Garcia

http://www.monde-diplomatique.fr/2001/12/MALAISE/15941
Cf également l’article de Jean-Michel JAUZE, Professeur de géographie à l’université de la Réunion

Jean-Michel Jauze, « Maurice, petit pays, grandes ambitions », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 628, mis en ligne le 21 décembre 2012, consulté le 17 mai 2013. URL : http://cybergeo.revues.org/25660 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25660

– See also the article from the Washington Post (Island of Injustice by David Vine, January 2th, 2007):

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2007/01/01/AR2007010100698.html

(photo aérienne de la station balnéaire de Flic-en-Flac dans le sud-ouest de l’ïle/ Aerial view from tourist spot, Flic-en-Flac, southwest of Mauritius).

Musée européen à Schengen (Luxembourg)/European Museum in Schengen (Luxembourg)

Image

IMGP5444

Vue de l’extérieur du musée des frontières dans le village luxembourgeois de Schengen, à la frontière avec la France et l’Allemagne (au premier plan, on reconnaît un morceau du mur de Berlin). Le musée retrace l’histoire des frontières européennes.

View from the Museum of Borders in the village of Schengen (Luxembourg), at the border with France and Germany. In the foreground, we can see a part of the Berlin wall. The museum redraws the history of European borders.

Lien vers le musée/Link to the museum:

http://www.schengen-tourist.lu/index.php?idnavigation=42&fidlanguage=2

Université permanente de Paris, conférences frontières

IMGP0788

Trois conférences sur les frontières organisées par l’Université permanente de Paris.

Elles auront lieu à la salle de conférences du centre sportif Jean Dame, (17, rue Léopold Bellan, 75 002 Paris).
Métro: Sentier

– le 14 mai à 14h30: les différents types de frontières
– le 21 mai à 14h30: les Murs-frontières
– le 28 mai à 14h30: les doublets-frontaliers

Entrée gratuite, mais une invitation doit être obtenue au préalable auprès de l’université.

Pour plus d’informations (le programme des conférences est à télécharger depuis la page d’accueil). On y trouve notamment une présentation plus détaillée des trois conférences (p.42) et le plan d’accès à la salle (p.17).

http://www.paris.fr/pratique/culture-sport-loisirs/apprendre-a-tout-age/universite-permanente-de-paris-upp/rub_8442_stand_7917_port_19686

KOSOVO- pont séparant les communautés serbe et albanaise/ Bridge bordering Serbian and Albanian communities

Image

KOSOVO- pont séparant les communautés serbe et albanaise/ Bridge bordering Serbian and Albanian communities

Le Kosovo s’est proclamé indépendant le 17 février 2008, mais cinq Etats de l’Union européenne refusent toujours de le reconnaître : l’Espagne, la Grèce, Chypre, la Slovaquie et la Roumanie. Ces pays ont en commun d’avoir des enjeux ethniques ou identitaires sensibles et sont susceptibles de voir l’affaire du Kosovo comme une menace à leur propre souveraineté.

Kosovo has been independent since February 17th, 2008 but five countries of the EU still don’t recognize it has a full state: Spain, Greece, Cyprus, Slovakia and Romania. All these states have strong in common strong minorities issues and may consider Kosovar independence as a threat for their own sovereignity.

Lien officiel du gouvernement de Serbie sur le Kosovo/ Official link of the Governement of Serbia about Kosovo: http://www.kim.gov.rs/en/

Cf l’article de Mathieu PETITHOMME dans Balkanologie vol XII, n°1, mars 2010, l’Etat de facto du Kosovo sous tension: vers la persistance d’une souveraineté imparfaite? http://balkanologie.revues.org/index2142.html

Cf l’article de Pascal ORCIER dans Nouvelle Europe, 24/12/2010, Reconnaissance internationale du Kosovo, quelle géographie ?
http://www.nouvelle-europe.eu/reconnaissance-internationale-du-kosovo-quelle-geographie