Réfugiés/migrants: visite dans le camp de Dobova (Slovénie) à la frontière avec la Croatie

Les centaines de milliers de réfugiés ou de migrants qui rejoignent l’Union européenne passent désormais dans leur grande majorité par la Slovénie.

Ancienne république de Yougoslavie, la Slovénie fait partie de l’espace Schengen depuis 2007. Le pays se trouve désormais en première ligne dans l’enregistrement des réfugiés/migrants qui souhaitent rejoindre les autres Etats européens.

A une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Zagreb -la capitale croate-le village slovène de Dobova (500 habitants) abrite le seul camp à la frontière avec la Croatie. Du temps de la Yougoslavie, Dobova n’était qu’une bourgade marquant le passage de ces deux ex-républiques yougoslaves. A partir de 1991, à la suite des indépendances de la Slovénie et de la Croatie, Dobova est devenu l’un des principaux points de passage avec la Croatie. L’entrée de la Slovénie dans l’Union européenne en 2004 puis dans l’espace Schengen en 2007 a transformé ce village en véritable poste d’avant-garde de l’UE. Si la Croatie est devenue le 28ème Etat membre en 2013, elle ne fait pas partie de l’espace Schengen.

DSC01018.JPG

Les environs du camp de réfugiés de Dobova (Slovénie).

DSC01030.JPG

L’entrée du camp de Dobova (Slovénie)

Les médias ont beaucoup montré des images de réfugiés ou de migrants cherchant à rejoindre l’Europe. Mais peu de reportages montrent la manière dont les frontières sont franchies. Les réfugiés/migrants ne passent que quelques heures dans le camp, juste le temps d’être enregistrés dans l’Union européenne. Entre 3000 et 5000 personnes entrent dans l’UE via ce camp. Beaucoup voyagent seuls et n’ont pas de papiers d’identité sur eux. La majorité des arrivants ce jour-là disaient venir d’Afghanistan, de Syrie et d’Irak et vouloir rejoindre l’Allemagne.

J’ai pu me rendre le jour de Noël dans le camp de Dobova.

DSC01006

Les réfugiés/migrants arrivent de la gare ferroviaire de Dobova (environ 1 km) dans d’anciens bus de la ville de Ljubljana. Ils viennent de traverser la Croatie en train.

DSC00947.JPG

Dès leur descente du bus, ils peuvent prendre des sacs en plastique contenant de la nourriture (pain, poisson,fruits, lait, fromage, mais pas de porc) et des bouteilles d’eau.

DSC00954.JPG

Si certaines personnes ont besoin d’un médecin, elles peuvent se faire connaître, une tente est spécialement dédiée aux soins médicaux. Les panneaux sont écrits en arabe et en anglais.

DSC00957.JPG

Les réfugiés/migrants suivent ensuite un parcours qui les emmènent sous une grande tente (à gauche sur la photo). Ils attendent pendant une à deux heures leur enregistrement. Des matelas et des couvertures sont à disposition si certains ont besoin de se reposer. D’autres ont besoin de vêtements, de chaussures: les volontaires de plusieurs ONG (Croix-Rouge, Volontariat Slovenija) sont là pour aller en chercher dans la réserve.

DSC00966.JPG

Les réfugiés/migrants laissent derrière eux de nombreux déchets (les emballages des produits alimentaires donnés au camp), mais également leurs effets personnels acquis pendant le périple. Ici des paquets de cigarettes de Grèce et de Serbie.

DSC00949

Un panneau de l’UNHCR (l’Agence des Réfugiés pour les Nations-Unies) indiquent que toute personne fuyant les persécutions ou la violence a le droit de demander l’asile en Slovénie. Sur la gauche, des traductions simples en anglais sont données aux personnes qui ont perdu de vue un membre de leur famille, un ami… L’une des craintes permanentes des réfugiés/migrants est de se retrouver isolée notamment lors des passages des frontières.

DSC01012.JPG

Des réfugiés/migrants attendent leur enregistrement dans l’Union européenne. Ils sont déjà entrés en Grèce -membre de l’espace Schengen-mais l’UE considère que le véritable enregistrement a lieu en Slovénie. Une fois enregistrés, ils attendent un car sous une autre tente pour aller directement en Autriche. Ils ne s’arrêtent plus en Slovénie. On ne voit donc aucun réfugié/migrant dans le pays car tous sont encadrés.