Conférence sur les frontières le mardi 3 juin à Sarreguemines

Image

Conférence sur les frontières le mardi 3 juin à Sarreguemines

CONFERENCE

En partenariat avec l’Amicale des Enseignants de Sarreguemines

Les frontières

Intervenant : Laurent HASSID , enseignant en géographie à l’Université Paris 13, spécialiste des Balkans.
Au cours de ces dernières années, la représentation d’un monde “sans frontière” s”est peu à peu diffusée au point de laisser croire que les frontières ont disparu. Malgré la chute du mur de Berlin, le monde n’a jamais compté autant d’enjeux frontaliers comme en témoigne la prolifération ou le maintien de murs (Israël / Palestine, Corée, Chypre…) et la permanence de revendications politiques autour d’enclaves (Gibraltar, Ceuta, Melilla, Macao, Hong-Kong…) ou d’autres avatars géopolitiques (Llivia, Baarle-Hertog/Nassau…)
La conférence sera largement illustrées de cartes, schémas et de nombreuses photos de terrain. Lieu : Université Populaire Sarreguemines

Date et horaire : Lundi 3 juin 2014 à 19h30
Tarif: 3 euros pour les membres des deux associations, 7 euros pour les non membres
Lieu: Hôtel de la communauté
Code: 1003 (inscription réservée aux membres de l’UP, les non membres s’inscriront auprès de l’Amicale des Enseignants.)

Photo prise dans un centre commercial d’Abu Dhabi.

Prochaine conférence le 27 mai à Chelles sur les Murs-frontières

LA PROLIFERATION DES MURS CONFERENCE CIVILISATION – le 27 mai 2014 (14h00)

Thème : Université interâges

Par Laurent HASSID – Docteur en géographie

Après la chute du mur de Berlin en 1989 et avec l’accélération de l’élargissement de l’Union européenne, la notion de frontière a été quelque peu sous-estimée, certaines représentations n’hésitant pas à admettre que les frontières ont disparu. Or, depuis une dizaine d’années, on assiste à une prolifération de murs plus ou moins hermétiques pour délimiter des frontières (Israël/ Palestine, Etats-Unis/Mexique, début de construction de barbelés entre la Grèce et la Turquie…) A cela s’ajoutent les anciennes séparations (Corée, Chypre, situation à Belfast…et une augmentation des processus de segmentation dans les milieux urbains, souvent liés à des conflits, Sarajevo, Bagdad, Mitrovica, Beyrouth…)

Contact de la mairie

Mairie de Chelles
Parc du souvenir Emile Fouchard
77505 Chelles Cedex
France
Tél. : +33 (0)1 64 72 84 84
Fax: +33 (0)1 64 72 85 20

 

Pour plus d’informations: http://www.chelles.fr/Agenda/Universite-Interages/LA-PROLIFERATION-DES-MURS

 

 

Macedonia: conflict around a name

Image

Macedonia:

Depuis son indépendance obtenue en 1991, la Macédoine voit son nom contester par son voisin grec. Athènes considère que le nom “Macédoine” équivaut à une région grecque, notamment en référence à la période antique. La photo montre le principal point de passage entre les deux pays sur l’autoroute reliant Skopje à Salonique. Un graffiti pro-macédonien a été ajouté sur le panneau indiquant l’entrée dans le complexe douanier.

Cf l’ article de Nadège Ragaru, « Macédoine. La controverse avec la Grèce autour du nom », Grande Europe n° 18, mars 2010 – La Documentation française © DILA

Sur le même sujet, écouter également le podcast d’une émission sur France-Inter avec Constantin Prévélakis. :

http://www.franceinter.fr/emission-la-marche-de-l-histoire-la-grece-et-la-macedoine-a-l-ombre-d-alexandre-le-grand

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/pages-europe/d000542-macedoine.-la-controverse-avec-la-grece-autour-du-nom-par-nadege-ragaru/article

Since its independence in 1991, Macedonia is in conflict with Greece as the name “Macedonia” is equivalent to a Greek region, particularly in reference to the ancient period. The picture shows the main crossing point between the two countries on the highway between Skopje to Thessaloniki. A pro-Macedonian graffiti has been added to the sign indicating the entrance into the customs complex.

see this article from the Washington Post on July 28th, 2009 (the issue remains the same):

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2009/07/27/AR2009072702653.html

Or also this one published on April 19th, 2013 from SETimes.com, a website specialized on the Balkans:

http://www.setimes.com/cocoon/setimes/xhtml/en_GB/features/setimes/features/2013/04/19/feature-01

Schengen, a symbol in Europe

Image

Schengen, a symbol in Europe

Le village de Schengen a donné son nom aux accords de libre-circulation des personnes, des biens et des marchandises pour les Etats signataires. A la fois frontalier de l’Allemagne et de la France, Schengen se veut un symbole de paix et d’ouverture sur le continent européen.

The village of Schengen has given its name to the agreement which opens borders for persons, goods and trade for the signatory states. The two most influential European countries, Germany and France are both bordering Schengen, which is so a symbol of peace and openness on the European continent.

Korea: the “Disneylandisation” of a war zone/Corée: la “disneylandisation” d’une zone de front

Image

Non, nous ne sommes pas ici devant un groupe de touristes s’apprêtant à défier Space Mountain, mais dans la DMZ séparant les deux Corées. La Corée du Sud valorise les tunnels -longtemps restés secrets (ici le 3ème à 60 km au nord de Séoul)- construits par les Nord-Coréens. L’endroit est très visité et fait partie d’un “package” où, dans la même journée, les touristes visitent le complexe d’Imjik-gak (avec une vente de produits nord-coréens), la gare ferroviaire de Dorasan construite en 2003 et qui doit relier les deux Etats coréens, le point d’observation de Dora où on voit la route entre la DMZ et la ville nord-coréenne de Kaesong et Pannumjom, point de contact intercoréen où se trouvent les baraquements de l’ONU, mais où règne une très forte tension entre les soldats des deux camps.

La descente vers le fond du tunnel prend une minute et la visite se poursuit à pied. L’endroit est étroit, humide et peu accessible pour les grandes personnes.

Pour plus de détails, voir le reportage de John IRVINE diffusé sur la chaîne ITV:

http://www.itv.com/news/2013-04-02/inside-north-koreas-secret-tunnels-to-the-south/

No, we ‘re not here in front of a group of tourists challenging Space Mountain, but in the DMZ between the two Koreas. South Korea is promoting tunnels built by the North Koreans. The place is very busy and is part of a “package” which , in the same day , tourists visit the Imjik – gak complex (with a sale of North Korean products ), the railway station built in Dorasan 2003 and which is expecting to connect the two Korean states , the Dora observation point where the road between the DMZ and the North Korean city of Kaesong can be seen and Pannumjom, the place for the inter-Korean contacts where are the barracks of the United Nations but where also a strong tension can be felt between the soldiers of both sides .

The descent to the bottom of the tunnel takes a minute and the visit continues on foot. The place is cramped, damp and very accessible for adults.

For more details , see the report of John IRVINE broadcast on ITV :

http://www.itv.com/news/2013-04-02/inside-north-koreas-secret-tunnels-to-the-south/